Hydraulique

De l'eau dans le Cande et la Lère

Utilisé ces dernières années à titre expérimental, le système de réalimentation partiel du Cande et de la Lère est maintenant pérenne. La ressource utilisée est une carrière sur la commune de Montalzat créée pour les besoins de l'autoroute et rachetée en 2008 par le Conseil Général, qui assure par ailleurs la totalité de la maîtrise d'ouvrage de l'opération. Cette carrière, située sur le ruisseau de Dourre, stocke 800 000 m3 d'eau et semble se remplir naturellement sans difficulté tous les ans.

Elle a plusieurs objectifs:
- assurer un débit de 100 litres par seconde à la station de mesure de Réalville.
- permettre une dilution des rejets de la station d'épuration de la ville de Caussade.
- assurer les besoins d'irrigation: 200 m3/h sont autorisés pour les pompages en rivière et 530 m3/h pour les pompages en puits (la nappe est fortement liée à la rivière)
- enfin une partie sert à renforcer des prélèvements d'eau potable.

Ces besoins, salubrité et usages, devraient être correctement couverts 8 années sur 10.

La retenue faisant 40 m de profondeur, deux pompes de 360 m3/h chacune montées sur radeau assurent le déversement dans la rivière en période d'étiage.

Plan de situation 

Le financement est assuré par l'Agence de l'eau, l'Etat/Région Midi-pyrénées et le Conseil Général.
La ville de Caussade et les irrigants participeront aux frais de fonctionnement.
Logo Agence de l'Eau Adour Garonne 

De l'eau dans le Tescou et le Tescounet

Le barrage de Thérondel rentre en service.

Situé sur un affluent du Tescounet à la limite des communes de La Salvetat-Belmontet et de Monclar de Quercy, il stocke 830 000 m3 pour une double vocation:
- 540 000 m3 à usage d'irrigation. Vingt-cinq irrigants vont dès cette année bénéficier de cette nouvelle ressource, pour une surface irriguée d'environ 270 ha à raison de 2000 m3/ha. Leur participation financière est prévue à hauteur de 30 euros l'ha à partir de 2010. 
- L'autre partie servira à la salubrité: la consigne de gestion étant d'avoir un débit de 100 litres par seconde au seuil de St-Nauphary. 
Plan de situation 
Fini de contruire en début d'année, le lac a pu atteindre sa cote maximale grâce à un remplissage complémentaire à partir du Tescounet.
L'opération est portée par le Conseil Général pour un coût total de 2 millions d'euros. Elle a été financé par l'Agence de l'eau (50%), l'Etat/Région Midi-pyrénées (30%) et le Conseil Général (20%).
Ce dispositif doit être complété par un deuxième ouvrage de 1 à 1,5 millions de m3 sur un affluent du Tescou, situé dans la forêt de Sivens (Tarn). L'enquête publique est prévue en fin de cette année.
Logo Agence de l'Eau Adour Garonne